Les pages de droit public principalement ainsi que toutes autres branches de droit - Webmestre : Bertrand GRONDIN
Ce wiki possède 555 articles.

Conseil d’État, 03918 Omont/Commentaire : Différence entre versions

De Gdn
Aller à : navigation, rechercher
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 1 : Ligne 1 :
L'arrêt du Conseil d'État pose le principe du précompte des journées de grève entrecoupée de journées non travaillée. Selon la Haute juridiction, ces dernières doivent être considérées comme des journées de grève ' en l'absence de toute justification contraire produite par le requérant, que ce dernier doit être regardé comme n'ayant pas accompli ses obligations de service''. Ainsi, les agents qui font grève un vendredi et un lundi et ne travaillant pas les samedi et dimanche, doit être considéré comme gréviste durant ces quatre jours.
+
L'arrêt du Conseil d'État pose le principe du précompte des journées de grève entrecoupée de journées non travaillée. Selon la Haute juridiction, ces dernières doivent être considérées comme des journées de grève ''en l'absence de toute justification contraire produite par le requérant, que ce dernier doit être regardé comme n'ayant pas accompli ses obligations de service''. Ainsi, les agents qui font grève un vendredi et un lundi et ne travaillant pas les samedi et dimanche, doit être considéré comme gréviste durant ces quatre jours.
  
Il en va différemment, si l'agent était en congé d'affaire entre deux journées de grève.
+
Il en va différemment, si l'agent était en congé d'affaire entre deux journées de grève, par un [[Conseil d’État - 305350|arrêt du 27 juin 2008]]. Cette solution abandonne partiellement la solution retenue par l'arrêt Omont.

Version actuelle en date du 25 février 2020 à 10:09

L'arrêt du Conseil d'État pose le principe du précompte des journées de grève entrecoupée de journées non travaillée. Selon la Haute juridiction, ces dernières doivent être considérées comme des journées de grève en l'absence de toute justification contraire produite par le requérant, que ce dernier doit être regardé comme n'ayant pas accompli ses obligations de service. Ainsi, les agents qui font grève un vendredi et un lundi et ne travaillant pas les samedi et dimanche, doit être considéré comme gréviste durant ces quatre jours.

Il en va différemment, si l'agent était en congé d'affaire entre deux journées de grève, par un arrêt du 27 juin 2008. Cette solution abandonne partiellement la solution retenue par l'arrêt Omont.